Le site de la Fédération de l'Eure du Parti Socialiste
Le site de la Fédération de l'Eure du Parti Socialiste

Disparitio​n de notre camarade Guy Murvil

1 commentaire Le par

La section de Pont-de-l’Arche, notre Fédération toute entière et l’ensemble des Républicains, sa famille naturelle, sa famille d’engagement, sont aujourd’hui en deuil. Notre ami Guy Murvil, brutalement, nous a quittés et sa mort bouleverse les militants de notre Parti.

 

Avec son secrétaire de section, Jacques Calmon, avec son Maire Richard Jacquet, dont nous imaginons, sachant ce qu’était leur amitié, ce qu’est désormais leur tristesse, il était de tous les combats, ceux municipaux pour sortir sa commune de l’ambiguïté dans laquelle elle avait été plongée, ceux intercommunaux essentiels pour la croissance et l’emploi, ceux politiques qui mobilisent les hommes de grand cœur et de bonne volonté pour les causes qui le méritent, les combats d’une vie, les valeurs de la Gauche et du Socialisme. A la Fédération, avec les autres Archépontains, à chaque réunion, il savait mêler le recul que nécessitent la lucidité, l’ironie pertinente, l’esprit justement critique, et la bienveillance, le désir de rassemblement, le réflexe d’adhésion sans lesquels il n’est pas d’action politique efficace. Bien des yeux le chercheront longtemps là où, fidèlement, rue Joséphine, il se tenait. A chaque élection, sur le marché, dans le porte-à-porte, pour sauver M-Real et défendre les Tyco, il savait établir, en confiance, avec les habitants, les salariés, les administrés, un dialogue de vérité. Guy Murvil était une force et un atout pour nos idées. Son sourire et sa silhouette, son humour et sa voix, nous étaient devenus indispensables pour avancer. Sa personnalité est de celles qui ne s’oublient pas, singulière, unique, attachée à sa démarche et à sa pensée. Son absence ne s’en ressent que davantage à chaque instant. Les heures qui passent ne peuvent nous résoudre à sa disparition. Il était si vivant.

 

Présent, actif, décisif, c’était un militant sincère, chaleureux et joyeux de la Gauche, un partisan acharné de l’Eure, pays d’adoption qu’il avait choisi pour y poser ses valises et auquel il trouvait toutes les beautés. Apprécié de toutes et de tous, aimé des siens, il avait un caractère qui le portait vers le partage, vers le positif, vers le progrès. Dans les périodes difficiles, comme celle que nous traversons, il n’était ni amer, ni grinçant. Il faisait front. Avec courage. Avec détermination. Au nom de ses convictions. Il n’en changeait pas au moindre sondage défavorable, ni à la première mesure qui ne lui plaisait pas. Si son opinion se faisait divergente, c’était le temps du débat. Il y avait réfléchi et il était réfléchi. Il savait ce qu’il faisait.

 

Adjoint à l’équipement et à la sécurité, Guy Murvil se considérait comme en astreinte perpétuelle pour le service public, pour le bien commun, pour le collectif, c’est à dire pour les autres. Il avait fait de la solidarité le maître mot de son action. Il était de ces élus qui honorent la République, dont chaque habitant connait par cœur le numéro de téléphone et, parfois, l’adresse. Sa disponibilité était entière, incarnant tour à tour la part d’infirmier, de conseiller, de policier, de cantonnier, d’enseignant qui fait, dans nos villes, dans nos villages, la beauté d’un mandat obtenu par le suffrage universel. Son volontarisme était discret dans les mots, il n’imposait pas ses positions, mais réel dans ses gestes, car il accomplissait et c’est ainsi qu’il persuadait.

 

Je suis certain d’exprimer ici la pensée de tous nos camarades en disant l’absence qu’il va laisser et la douleur qu’elle provoque. Il comptait beaucoup d’amis et, dans ma propre section, ceux-ci étaient fiers qu’il les ait choisis pour être ses compagnons sur ce chemin qui nous unit. En ce moment de très grande et de très soudaine tristesse, la Fédération de l’Eure s’associe avec émotion au chagrin de la famille de Guy, à la peine de ses camarades de section, de ses proches. Au nom des socialistes de l’Eure, je leur adresse nos condoléances solidaires et fraternelles.

 

Marc-Antoine JAMET

Premier secrétaire fédéral

Afficher le commentaire

  • Une nouvelle qui me peine beaucoup , repose en paix Guy tu me manque déjà beaucoup ;( tes blagues ta bonne humeur , ainsi que ta joie de vivre me manqueront énormément ! Sincères condoléances à toute la famille . Ilham Benhari Val-de-Reuil
    par Benhari le 10/12/2013

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème, lire aussi :

Les derniers contenus multimédias

%d blogueurs aiment cette page :