Le site de la Fédération de l'Eure du Parti Socialiste
Le site de la Fédération de l'Eure du Parti Socialiste

La droite euroise se déchire sur le dos du logement social !

0 commentaire Le par

Communiqué de la Fédération de l’Eure du Parti socialiste

 

«Crise à la SILOGE : la droite se déchire sur le dos du logement social ! »

 

 

Vendredi 29 juin s’est joué au siège de la SILOGE un psychodrame dont seule la droite euroise a le secret.
La majorité municipale de Bernay s’est ainsi déchirée publiquement sur la présidence de la Société immobilière du
logement de l’Eure (SILOGE). Après avoir remercié sans ménagement M. Dominique BETOURNE (pourtant membre de son équipe) il y a deux ans, M. Jean-Hugues BONAMY, Maire de Bernay, remet donc le couvert en limogeant cette fois, M. Pierre BIBET, son premier adjoint, qu’il avait lui-même installé aux commandes de la SILOGE.

Se fondant sur des arguments particulièrement inélégants pour M. BIBET, le Maire de Bernay était ce jour-là en
service commandé du Conseil départemental. Avec un objectif en tête : préparer une aventureuse fusion de trois
bailleurs départementaux : EURE HABITAT, SECOMILE et SILOGE.

Devant ce coup de force, le Directeur général M. Patrick PLOSSARD a aussitôt présenté sa démission, n’entendant
cautionner, ni la méthode, ni les projets que le nouveau Président cherchait encore inutilement à nier au moment de
son installation. C’est une décision que nous regrettons. La SILOGE perd là un acteur incontournable du logement
social dans l’Eure et en Normandie.

Cet épisode plonge la Société immobilière du logement de l’Eure dans une crise inédite, créant une insécurité
profonde pour les 76 salariés, une incertitude sur la stratégie qui sera menée et de nombreuses craintes sur la capacité de SILOGE à accompagner les territoires dans leurs projets, de Pont-Audemer à Vernon, de Louviers à Damville en passant par Évreux. Jusqu’à présent, la SILOGE s’était pourtant illustrée comme un acteur particulièrement innovant, notamment récompensé internationalement pour l’éco village des Noés à Val de Reuil. Fallait-il donc punir ce succès ?

Le Conseil départemental de l’Eure le montre une fois du plus : l’intérêt général des Eurois passe désormais après les
petits calculs d’une droite obsédée par ses propres divisions et ses haines recuites. Entre les anciens « amis » d’hier,
cette lutte des castes produit malheureusement ses premiers effets : hôpitaux et maternités menacés (Bernay et Gisors);collèges dans les quartiers fermés (Évreux/Val-de-Reuil); industries oubliées (SEALYNX); fonctionnaires méprisés et l’environnement oublié. Vendredi, c’est le logement social qui a été sacrifié. Cela ne peut plus durer.

Retrouvez le communiqué de la Fédération de l’Eure du Parti socialiste !


Soyez le premier à commenter cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sur le même thème, lire aussi :

Les derniers contenus multimédias

%d blogueurs aiment cette page :